Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre… OK… On en parle pendant une journée mais le reste de l’année ? Il se passe quoi ? Les violences disparaissent ?

Certes on ne peut pas en parler tous les jours, mais chaque jours des femmes meurt sous les coups de leurs compagnons, on balance des chiffres mais pour marquer et faire réagir il faut montrer cette violence.

Il faut savoir que cette violence peut toucher tout le monde y compris vos proches. On ne peut pas fermer les yeux !

Est ce vous avez vu les photos des princesse Disney pour illustrer, axec la légende "When did he stop treating you like a princess?" ("Quand est-ce qu'il a arrêté de vous traiter comme une princesse?").

Cette campagne de l'artiste Saint Hoax s'appelle "Happy never after" ("Ils ne vécurent jamais heureux »)

Pourquoi choisir les princesses de Disney ?

"Les princesses de Disney sont perçues comme des femmes idéales", "Elles appartiennent à un monde de contes de fées où elles sont vouées au bonheur éternel. Mais qu’est-ce qui vient après le bonheur éternel? »

Comme Saint Hoax l’a expliqué au HuffPost: "En dépeignant des princesses Disney comme des victimes de violences conjugales, je mets de l’avant l’idée qu’aucune fille ou femme n’est à l’abri d’abus émotionnels, physiques ou sexuels. Les princesses de Disney représentent la quintessence même de la perfection féminine, mais la violence conjugale peut toucher n’importe quelle femme (ou homme) à n’importe quel moment, même Ariel, Jasmine, Cendrillon et Aurore »

Les violences ne sont pas uniquement physiques mais aussi psychologiques, un genre de harcèlement moral, humiliations quotidiennes, propos rabaissants…

Il y a aussi la violence sexuelle: le viol conjugal. Oui une épouse peut être violée par son mari.

L’article 222-23 du Code Pénal dispose que : Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. Le viol est puni de quinze ans de réclusion criminelle.

Le fait d’être mariés, PACSés ou juste concubins ne présume pas un consentement, si la femme n’est pas consentante cela est un viol.

Retour à l'accueil